Le feu sauvage

Le vrai nom du feu sauvage est l’herpès labial. On le nomme aussi bouton de fièvre. Une chanson à son honneur porte même le nom de « maladie du baiser ».

Faciles à reconnaitre, même les enfants peuvent en avoir. Habituellement, une personne au prise avec cet infection en fera souvent au court de sa vie. Rarement elle n’en fera qu’une seule fois. Mais elle reconnaitra rapidement les signes d’une irruption à venir et pourra prévenir une « grosse crise » et sa contamination.

Qu’est-ce que le feu sauvage?

L'herpès labial, ou feu sauvage, forme des vésicule remplies de liquide au niveau de la lèvre.
Herpès labial

Pour débuter, le feu sauvage porte plusieurs noms : herpès labial, herpès buccal, ou bouton de fièvre…. Il est causé par le méchant virus de l’herpes simplex de type 1. Bah oui… il y a le type 2… que l’ont retrouve vraiment plus bas sur le corps…herpès génital.

 C’est des petites vésicules en forme de grappe qui seront remplis d’un liquide transparent puis jaunâtre, sur le bord de la lèvres (des fois, plus rare, il peut être sur une joue ou menton.. mais moi je n’ai jamais vu ça). Il y a une sensibilité au niveau du site, peut-être même une difficulté a ouvrir la bouche car la zone sera sensible et inflammée.

Présence de fièvre possible, très élevée mais qui ne dure pas longtemps.

Les facteurs de risque et élément déclencheurs

Le feu sauvage n’est pas toujours déclenché par le même facteur. Mais certaines personnes feront souvent des poussés de bouton relié par le même facteur.

  • un stress ou une grande fatigue
  • les rayons UV
  • maladie (rhume, grippe..)
  • système immunitaire faible
  • changement hormonal (menstruation, ovulation, grossesse..)
  • poussée de fièvre
  • infection dentaire (carie, plaie buccale..)

Peut-on guérir le feu sauvage ?

Selon plusieurs sources, 50-90% de la population serait ou sera porteuse de ce virus là… mais juste 10% vont le développer. Une fois qu’on l’a ce virus… on le garde pour toute notre vie. Rien à faire, et aucune crème ou magie changera ça. Qu’on se le dise tout de suite. Et pas besoin d’un médecin pour le diagnostiquer… quand tu as un feu sauvage… tu le sais que c’est ça! 

Les enfants, quoique moins fréquent, peuvent aussi l’avoir. Habituellement, on le développe plus vers l’adolescence ou adulte (les hormones peut-être!?) Chez le jeune groupe d’âge, on le verra sortir (ou re-sortir) après une fièvre, quand l’enfant se plain de difficulté à manger et boire, un ulcère dans le dedans de la joue ou au niveau des gencives (faudra faire la différence entre ulcère qui est en lien avec les soins dentaires ou juste feu sauvage). Mais ça ressemblera a un bouton de feu sauvage. 

Transmission

L’herpes se transmet par le liquide dans les vésicules, par la salive, un objet infecté (ustensile, baume à lèvres..). Il est même possible de ce contaminer soi-même.. un autre feu sauvage.. personne n’a envie de ça! C’est contagieux avant même de le voir ce feu là! Toutes les personnes qui on des feux sauvages ( habituellement, on peut en avoir 3-4 par an.. de fois plus..) vous le diront… il y a souvent des signes avant-coureurs… on le sait quand y’en a un qui sortira! Donc, 12-24 hrs avant, des signaux sont envoyés : picotements, sensation de brûlure et de démangeaison à l’endroit ou sera logé ce cher bouton. C’EST À CE MOMENT LÀ QU’IL FAUT ATTAQUER!! On y reviendra..😉 

Le baiser, par le contact, est le moyen le plus fréquent d'attraper le feu savage
Le baiser et le feu sauvage

Après, les vésicules sortent. Ça devient rouge, sensible, ça tiraille et c’est très sensible. Le liquide dedans devient jaune et ça éclate. Une croute jaunâtre apparaitra, qui va sécher et tomber. Sensibilité, ça pique. Des fois, la cerise sur le tout… un beau mal de tête viendra ce pointer… Et ça dure 7.. des fois jusqu’à 14 jours… 

Prévention et solution

 La première prévention logique est d’éviter tout contact au niveau du site lors d’une irruption du bouton de fièvre. Éviter de toucher, éviter de transmettre ainsi l’infection. À l’inverse, on évitera d’embrasser ou de boire dans le même verre qu’une personne qui présente un feu sauvage.

Les personnes qui en font, des feux sauvages, auront intérêt à se laver les mains souvent, bien se couvrir du froid, éviter les grand stress et bien dormir. Une bonne crème solaire (il est existe pour les lèvres) et bien manger (faut bien s’occuper de notre système immunitaire). Il faudra bien appliquer une pommade qui se vendent en pharmacie. Ces baumes contiennent de l’aciclovir ou docosanol, qui est un agent anti-viral.

Sinon, votre médecin peut vous prescrire un médicament oral ( le même agent anti-viral, mais plus concentré).

Et les solutions naturelles ?

Il existe aussi un complément naturel, lysine. C’est un acide aminé qui (je vais faire ça très court…) diminue la production d’arginine (un autre acide aminé mais qui est dans notre alimentation (céréales d’avoine, de blé, sarrasin) et produit aussi par notre corps. Arginine est bon pour le métabolisme.. mais aussi pour la reproduction du virus simplex. La lysine vient amplifier la diminution de l’arginine… et ainsi la multiplication du virus. Mais rien n’éradique l’herpes définitivement!   

Mes conseils ?  Mettre du froid aussitôt que le picotement commence ( diminution de l’inflammation et de la douleur). La mélisse contient une substance qui diminue le virus. Vous trouverez un article traitant des ces bienfaits ici

L’huile essentielle d’arbre à thé (teatree), qui est un puissant antiseptique naturel.

Le baume bise de feu aide grandement à diminuer les inconforts et à soulager les feux sauvages.
Bise de feu – feu sauvage

Le baume naturel Bise de feu est excellent pour soulager dès le départ les feux sauvages. On l’applique au premier symptôme pour une plus grande efficacité.

Julie 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.